15 mai 2024, 09:30 – 17:00 | Festival Journée d’Etude : La Romance au temps d’Hortense

0,00 

Sélectionnez votre tarif :

20 mai 2024, 18:30 – 20:00
Rueil-Malmaison, 33 Av. de l’Impératrice Joséphine, 92500 Rueil-Malmaison, France

Avant ou après le concert, vous pouvez visiter le Château de la Malmaison :
Pour réserver sur la billetterie en ligne du Château
cliquez ici

UGS : ND Catégorie :

Description

Journée d’Etude : La Romance au temps d’Hortense
9h30 : Accueil et Introduction par Elisabeth Caude, directrice du Musée national des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau et Sylvie Brély, directrice de La Nouvelle Athènes

9h45 : Clotilde Verwaerde, Université Paris 8
Narcisse Carbonel, professeur de la reine Hortense et compositeur de romances
Bien que le nom de Narcisse Carbonel soit oublié aujourd’hui, il fit partie du cercle musical très rapproché de la reine Hortense, lui prodiguant des conseils musicaux ou un accompagnement à ses romances. Cette communication mettra en lumière l’œuvre de ce directeur de la musique de la Reine – notamment ses romances, saluées par ses contemporains – ainsi que la façon dont les journaux et différents écrits du xixe siècle transmettent voire perpétuent informations et anecdotes sur le rôle de ce compositeur auprès de la Reine Hortense.

Clotilde Verwaerde est maître de conférences au Département de musique de l’Université Paris 8. Ayant soutenu sa thèse en 2015 à l’université Paris IV-Sorbonne sous la direction de Jean-Pierre Bartoli, elle intervient dans des enseignements universitaires sur l’analyse, l’histoire et l’esthétique des musiques des XVIIIe et XIXe siècles.

10h30 : Vincent Hadot, Conservateur Musée national des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau
Charles-Henri Plantade, maître de musique d’Hortense (présenté par Mme Elisabeth Caude, directrice du SCN du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau)
Charles-Henri Plantade est un compositeur qui a commencé sa formation musicale dans l’école des pages du roi à Versailles. Considéré comme un « roi de la romance » après le succès en 1791 de son Te bien aimer, Ô ma chère Zélie, il enseigne à l’institution de Madame Campan où il rencontre la jeune Hortense de Beauharnais dont il devient le maître de musique. Plantade suit son élève en 1806 aux Pays-Bas où il reçoit les titres de maître de chapelle et de directeur de la musique du roi. Cette communication montre les relations entre le maître et son élève et dévoile par la même occasion le contexte éducatif musical dans lequel Hortense s’est formée à son art.

Vincent Hadot est Conservateur des objets d’art, de la bibliothèque historique, et des collections Osiris au musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau

11h15 – 11h30 : Pause café

11h30 Annelies Andries, Université d’Utrecht (Pays Bas)
“La romance thérapeutique ? Chanter la mélancolie et la nostalgie”
Dans les moments difficiles de sa vie, comme la mort de son fils cadet, chanter et composer des romances semble avoir eu un effet thérapeutique pour Hortense. En se concentrant sur la manière dont les romances nomment et expriment les sentiments de mélancolie et de nostalgie, cette communication met cette pratique en dialogue avec les points de vue médicaux contemporains. Elle met en évidence les frontières fluides entre les discours esthétiques et médicaux, tout en utilisant la notion d' »émotion comme pratique » de Monique Scheer pour comprendre comment la musique a le potentiel de réguler les sentiments (considérée alors comme indésirables ou excessives) en tant que moyen thérapeutique.

Annelies Andries (1985) est professeure assistante à l’université d’Utrecht. Elle a obtenu son doctorat à l’université de Yale sur l’opéra et la formation de l’identité des élites dans la France napoléonienne. Ses recherches se concentrent sur les thèmes de la musique, de la politique et des conflits, impliquant également des questions de traumatisme, d’histoire médicale, de genre et de colonialisme. Outre ses activités universitaires, elle est également une auteure enthousiaste de textes de programmes pour des maisons d’opéra et des festivals en Europe. Pour plus d’informations, voir : https://www.uu.nl/werkers/AHEAndries.

12h15 Nathan Dougherty, Université d’Oklahoma (USA)
« L’art de chanter les romances »
Au XIXe siècle, beaucoup pensaient qu’on devait écouter une romance pour la comprendre. Paul Thiébault s’en est plaint ainsi : « il est si rare que [les romances] soient bien chantées, que leur mérite n’est réellement apprécié que par peu de personnes.» Dans cette communication, j’explore deux aspects de l’interprétation historique qui permettaient aux chanteurs de donner du sens à la romance. Tout d’abord, je me concentre sur les agréments, élucidant comment les chanteurs variaient les couplets en ajoutant des grupetti, des traits, et des points d’orgues. Puis j’examine le timbre, en soulignant que les chanteurs français utilisaient une technique vocale différente de celle des chanteurs d’aujourd’hui, ce qui rendait le son plus brillant, plus fin, et peut-être même plus nasillard. Cependant, pour nuancer cette description, je montre que le public s’attendait à ce que les chanteurs adoptent une approche déclamatoire, variant constamment la couleur de leur voix pour aider à l’expression. Enfin, j’insiste sur le point suivant : pour comprendre comment la romance fonctionnait esthétiquement, socialement, et même politiquement, nous devons d’abord comprendre comment elle était chantée.

Nathan Dougherty est Assistant Professor de musicologie à l’University of Oklahoma, où il dirige aussi le Collegium Musicum. Ses recherches portent sur la romance française, avec des publications à venir sur les questions d’interprétation et sur les débats autour de la sexualité des femmes et de leur expression dans la romance. Il est également un ténor qui chante avec plusieurs des plus grands ensembles de musique ancienne aux États-Unis, notamment Apollo’s Fire, The Newberry Consort, Atlanta Baroque, et The Thirteen.

14h30 – 17h : Atelier autour des Romances
animé par Luca Montebugnoli, professeur de pianoforte au CRR de Paris et au Master MIMA Université Paris-Sorbonne et les étudiantes du CRR de Paris et du MIMA
Elise Göckel chant et piano, Clara Hugo soprano, Adrienne Martin piano Erard 1806

Romances, pièces pour piano
Lecture « du Châle et le Chien conté par Mehul à Malmaison » tiré des Souvenirs de Sophie Gail (1834)

PRESENTATION

Après la journée d’étude du festival de 2023 consacrée au « salon musical sous le Premier Empire : formes, genres et répertoires », le musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau et La Nouvelle Athènes vous proposent un deuxième rendez-vous autour de « la romance au temps de la reine Hortense ».

On sait le goût d’Hortense de Beauharnais pour la romance ; son En partant pour la Syrie ayant été particulièrement popularisé sous le Second Empire par son fils, l’empereur Napoléon III. Cette journée d’étude propose d’explorer ce registre musical et la place que l’œuvre d’Hortense de Beauharnais y occupe. La romance, particulièrement à la mode en France à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, prend la forme de chansons sentimentales généralement conçues pour une voix avec un accompagnement instrumental limité (pianoforte, harpe…). Très apprécié au sein des courants pré-romantique et romantique, ce registre est donc naturellement au cœur de la pratique musicale d’Hortense de Beauharnais et lui permet d’exprimer ses passions, ses amours, ses tourments et sa mélancolie. Cette journée d’étude vous propose de découvrir plusieurs des facettes du sujet depuis la formation musicale d’Hortense jusqu’à l’éventail des émotions véhiculées dans la romance, en passant par des questions d’interprétation de ces pièces fort goûtées durant le Consulat et le Premier Empire tant à Malmaison qu’en ses résidences de la rue Cerutti, de Hollande, de Saint-Leu ou d’Arenenberg.

 

Informations complémentaires

Tarif

Plein Tarif, Tarif Réduit

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “15 mai 2024, 09:30 – 17:00 | Festival Journée d’Etude : La Romance au temps d’Hortense”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *