17 avril 2024, 18:30 – 19:30 | Concert Mensuel Malmaison – Pasticcio – Paris 1801

10,00 17,00 

Sélectionnez votre tarif :

17 avril 2024 : 18h30 – 19h30 – Concert et cocktail offert
à l’occasion de la présentation du disque de l’Ensemble Hexameron
ainsi que de la programmation du Festival de Pentecôte 2024.

Château de la Malmaison, Salle à Manger
12 Av. du Château de la Malmaison, 92500 Rueil-Malmaison, France

Avant le concert, vous pouvez visiter le Château de la Malmaison :
Pour réserver sur la billetterie en ligne du Château
cliquez ici

UGS : ND Catégorie :

Description

Pasticcio – Paris 1801
Mystères d’Isis, Romances
Ensemble Hexaméron
Luca Montebugnoli piano et direction
Nicolas Bouils flûte romantique
Roldan Bernabé violon, Amaryllis Jarczyk violoncelle
Piano carré Erard 1806

Programme
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) / Ludwig Wenzel Lachnith (1746/1820) 
Les Mystères d’Isis (1801) [Die Zauberflöte (1791)] – Ouverture

François Devienne (1759-1803)  
Grand solo pour la flûte avec accompagnement de violon et basse ad libitum [7e concerto pour la flûte, en mi mineur (1787)] 
Version arrangée par Pierre Vaillant (1814) et adaptée pour flûte et piano
II. Andante
III. Rondeau

Daniel Steibelt (1765-1823)
Mélange d’airs en forme de scène, op. 10 (1793)

Jean-Louis Duport (1749-1819) 

Romance pour violoncelle et piano (ca. 1810)

Ferdinand Hérold (1791-1833)
Troisième concerto pour piano (1813)
II. Andante con violino obbligato

W. A. Mozart 
Concerto pour piano en do majeur KV 503 (1786) Version arrangée par F. Kalkbrenner (1828) et adaptée pour piano à 5 octaves et demie par Luca Montebugnoli
III. Allegretto

Présentation

Ce concert permet à l’Ensemble Hexameron et Luca Montebugnoli de présenter leurs recherches autour de la réception des oeuvres de Mozart à Paris et leur écoute dans les salons telle que ses oeuvres ont pu être découverte à Malmaison en 1801…
Savez-vous que les parisiens ont découvert les opéras de Mozart sous forme de pastiche en 1801 ? C’est le disque « Pasticcio-Paris 1801 » de Luca Montebugnoli et son Ensemble Hexaméron avec Cyrille Dubois Marianne Croux Soprano, Nicolas Bouils Roldan Bernabé Amaryllis Jarczyk qui paraît chez EnPhases
Découvrez en les extraits instrumentaux pour le piano Erard 1806, le violon, la flûte, le violoncelle, le mercredi 17 avril 18h30 dans le Châteaux de Malmaison & Bois-Préau – musée national
Avec des arrangements de Mozart (La flûte enchantée et concerto pour piano) par les artistes de la scène parisienne : Lachnith,Steibelt, puis Kalkbrenner, des romances de Devienne, Duport et de Herold…
Le concert sera suivi d’un cocktail avec le public et les artistes.
Présentation du travail de recherche menée par  Luca Montebugnoli

ENTRE OPÉRA ET SALON :  

UN PORTRAIT DU PARIS MUSICAL AU DÉBUT DU XIXE SIÈCLE
(extrait du livret – Luca Montebugnoli)

Quand, il y a plus de trois ans, nous avons commencé à travailler sur le projet musical qui a donné naissance à ce disque, nous sommes partis de deux objets historiques : un opéra, Les Mystères d’Isis, créé à l’Opéra de Paris durant l’été 1801, et un piano carré français d’Érard Frères daté de 1806, qui venait juste d’être restauré. Ces deux « artefacts », l’un comme l’autre, nous ont servi de clé d’accès à la découverte de la culture musicale française de l’époque, comprise entre la fin de la période révolutionnaire et le Premier Empire, dont la production musicale reste encore largement méconnue. Le programme de cet album s’est ainsi dessiné au fur et à mesure que nous plongions dans la découverte de cet opéra et du contexte historique et esthétique qui l’entoure, et que nous explorions les qualités sonores et expressives du piano ainsi que le répertoire qui y est associé. (…)

Au salon, autour d’un piano 

(…) Pour que ce travail d’imagination et de recréation se fasse dans les meilleures conditions, nous avons choisi d’enregistrer ce disque dans un salon historique : celui, splendide, du Château de la Petite Malmaison, construit entre 1803 et 1805 par volonté de l’impératrice Joséphine de Beauharnais, première femme de Napoléon, à quelques pas de sa résidence privée, le Château de Malmaison. (…)
Au centre de cet espace, nous avons placé le pianoforte carré d’Érard Frères de 1806. En ce début de siècle le piano carré est en effet le modèle par excellence de la facture pianistique française et une présence incontournable dans tout salon musical, davantage que le piano à queue, dit « en forme de clavecin », encore rare à Paris. Avec ses caractéristiques mécaniques et acoustiques, dont ses registres actionnés par ses quatre pédales (luth, levée des étouffoirs, voix céleste et basson), il constitue l’outil indispensable pour reconstruire l’univers sonore de l’époque, délicat certes, mais riche en couleurs et en nuances. Autour du piano se sont disposés les musiciens de l’ensemble instrumental : un flûtiste, un violoniste, une violoncelliste, jouant sur des instruments historiques, et, naturellement, deux chanteurs, une soprane et un ténor, le chant représentant l’âme du salon musical. (…)

Un travail d’arrangeurs 

Le montage de ce programme complexe a été rendu possible par un grand travail d’arrangement. Si le salon sert de lieu de métissage entre cultures et genres différents, il le doit au fait que tout répertoire fait constamment l’objet d’adaptations, voire de véritables réécritures, pour le rendre jouable selon les conditions données : nombre de musiciens, instruments disponibles, disposition des espaces, etc. L’art de l’arrangement est alors une compétence que tout musicien doit maîtriser s’il veut faire carrière dans les salons musicaux. Aujourd’hui, il consiste en une pratique, longtemps oubliée, qu’il faut se réapproprier si l’on veut reconstruire l’expérience de la musique de l’époque. (…)

Parti de l’histoire d’un Mozart mystérieux, musicien inconnu dont on ne découvre en France l’œuvre foisonnante que dix ans après sa mort et en l’interprétant selon le goût musical du temps, ce disque a fini par s’intéresser à un autre mystère, celui de la culture musicale française du début du XIXe siècle. Longtemps restée exclue du canon musical occidental, cachée par l’omniprésence des musiques allemande et viennoise, celle-ci se dévoile riche et complexe, au carrefour d’influences et styles différents. En essayant d’en restituer une image étendue, quoique nécessairement sélective, nous espérons pouvoir contribuer à sa redécouverte et à sa réappropriation.

ENSEMBLE HEXAMÉRON
L’Ensemble Hexaméron est une formation à géométrie variable sur instruments anciens portée par un collectif de musiciens que leur goût pour la recherche et l’expérimentation a réuni autour d’un projet commun : faire revi-vre dans toute sa diversité la pratique de la musique de chambre avec piano et la nature plurielle de son répertoire de la fin du XVIIIe à celle du XIXe siècle. L’évocation de l’esprit du salon, comme espace qui adapte la musique sous toutes ses formes, est au cœur du projet de l’ensemble : faire dialoguer les chefs-d’œuvre bien connus de la musique de chambre avec le répertoire oublié pour piano accompagné ainsi que les transcriptions et arrangements pour petits ensembles qui permettaient de goûter le plaisir de ré-entendre l’ample production de symphonies, concertos et opéras destinée aux concerts publics ou au théâtre. Ainsi, l’ensemble Hexaméron emprunte son nom à une célèbre composition inspirée par le succès retentissant des Puritains de Bellini en 1837 et composée par six virtuoses du piano (Liszt, Chopin, Thalberg, Pixis, Herz et Czerny) pour le célèbre salon parisien de la Princesse de Belgiojoso. A l’instar de cette œuvre née de l’émulation entre artistes d’avant-garde, les concerts de l’Ensemble Hexaméron se veulent le laboratoire d’interprétations actuelles inspirées et vivifiées par le passé, pour faire revivre aujourd’hui l’esprit créatif originel de la musique de chambre.
Réunis autour du pianiste italien Luca Montebugnoli, les membres de l’Ensemble Hexaméron sont originaires d’Espagne, de France et du Canada. Ils se sont formés dans les plus grandes académies de musique ancienne notam-ment le Conservatoire de Paris, la Schola Cantorum de Bâle et l’Abbaye aux Dames à Saintes et ils poursuivent chacun de leur côté des carrières de pédagogues (CRR de Paris) en plus de jouer au sein des grands ensembles fran-çais : Le Concert Spirituel, Ensemble Diderot, Ensemble Pygmalion, Les Siècles, Les Talents Lyriques, entre autres.

Informations complémentaires

Tarif

Plein Tarif, Tarif Réduit

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “17 avril 2024, 18:30 – 19:30 | Concert Mensuel Malmaison – Pasticcio – Paris 1801”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *