18 mai 2024, 15:00 – 16:15 | Festival : Une guitare dans le salon d’Hortense

10,00 20,00 

Sélectionnez votre tarif :

18 mai 2023, 15:00 – 16:15
Orangerie du Parc de Bois Préau, 33 Av. de l’Impératrice Joséphine, 92500 Rueil-Malmaison, France

Avant ou après le concert, vous pouvez visiter le Château de la Malmaison :
Pour réserver sur la billetterie en ligne du Château
cliquez ici

UGS : ND Catégories : ,

Description

Programme
Sur le Piano Erard 1806 et la Guitare 1807
Gaspare Spontini (1774 – 1851) Ouverture de “LA VESTALE”, transcription pour piano et guitare Georg Heinrich Derwort (1789-1835)
Hortense de Beauharnais (1783 – 1837) : Romance “Peu connue point troublée” pour soprano et piano
Giovanni Paisiello : Nel cor piu non mi sento de l’opéra « La Molinara » (1788) pour oprano, piano et guitare
Gaspare Spontini : « Tout Deuil » Romance sur la mort de S.A.R. le Duc du Berry, pour soprano, piano et guitare
Louis Adam (1758 – 1848) : Romance andantino grazioso (tirée de sa sonate pour le pianoforte seul op. 7) pour piano
Mauro Giuliani (1781 – 1829) : “Marie Louise au berceau de son fils. Romance dédiée à Marie Louis d’Autriche (1811), pour soprano, piano et guitare
Fernando Sor (1778 – 1839) Francesco Etude op 35 numéro 22
Guillaume-Pierre-Antoine Gatayes (1774-1846)L’amant délaissé

Sur le Piano Rosenberger 1825 et la Guitare 1827
Hortense de Beauharnais (1783 – 1837) : Romance « En Partant pour la Syrie », pour soprano et piano
Mauro Giuliani (1781 – 1829) : Variations op. 104. sur « En Partant pour la Syrie » pour guitare et piano
Hortense de Beauharnais (1783 – 1837): Romance « Lay de l’exil » pour soprano et piano
Hortense de Beauharnais (1783 – 1837) : Romance « Le chant du berceau » pour soprano, piano et guitare
Johann Nepomuk Hummel (1778-1837) : Pot-pourri op. 53 pour piano et guitare
Giacchino Rossini (1792 – 1868) :Bel Raggio Lunsighier (cavatina tirée de l’opéra Semiramide, 1823 pour soprano, piano et guitare

Clara Hugo : soprano
Eloy Orzaiz : Piano carré Erard 1806, collection La Nouvelle Athènes
Piano à queue Rosenberger 1825, collection Luca Montebugnoli
Francesco Romano guitares romantiques Giovanni Battista Fabbricatore (1807) et Louis Panormo (1827)

Présentation

Après la chute de Robespierre, l’Institution Nationale de Saint-Germain pour les jeunes filles est fondée par Madame Campan à Saint-Germain-en-Laye. Hortense de Beauharnais est une des élèves de cet établissement éducatif réservé à la haute bourgeoisie. On y enseignait les arts d’agrément comme le solfège, le piano-forte, la harpe et le chant dans lesquels la jeune fille excellait. Elle eut entre autres professeurs le violoniste Jean-Jacques Grasset et le compositeur Charles-Henri Plantade pour lui enseigner le chant. Dans ce cadre, la future reine commence à cultiver son talent pour la musique qui devient une véritable passion jusqu’à la fin de sa vie. Ses romances connaissent un grand succès et sont souvent reprises et arrangées pour les instruments du salon.
Après avoir quitté l’Institution, Hortense engage des professeurs de renom et se perfectionne en piano, et harpe mais aussi en guitare, un instrument qui était à l’époque notamment utilisé pour l’accompagnement de romances. Cependant, des changements majeurs dans sa facture (notamment par le luthier parisien René François Lacôte) permettent à la guitare de revendiquer sa place dans le salon napoléonien et qui dépassent le simple accompagnement vocal.

Des virtuoses étrangers établis à Paris tels que Ferdinando Carulli et Fernando Sor développent les possibilités de l’instrument, que ce soit en solo comme en dialogue avec le piano. La vaste palette de de couleurs offerte par le mariage entre ces deux instruments, explique la popularité dont cette formation jouissait dans les salons parisiens dans le temps du 1er Empire et de la Restauration. Deux romances d’Hortense de Beauharnais sont ici proposées sous forme de variations : La Sentinelle 1809 pour soutenir les soldats partis à la Guerre d’Espagne et En partant pour la Syrie 1807 devenu l’hymne des Bonapartistes au cours du XIXe siècle.

Eloy Orzaiz

Clara Hugo commence son éducation musicale à la Maîtrise de Paris. Elle intégre la Hochschule für Musik und Theater F. Mendelssohn Bartholdy de Leipzig et poursuit sa formation au Conservatoire de Milan. Elle suit le parcours MIMA de recherche et pratique à la Sorbonne, où elle se dédie au chant romantique et le Bel Canto. In 2022/2023 elle a chanté le Poème de l’Amour et de la Mer de Chausson avec l’Orchestre Ut Cinquième, le Stabat Mater de Dvorak avec l’Orchestre Symphonique de Paris sous la direction de Xavier Ricour, ainsi que le rôle de Bubikopf dans Der Kaiser von Atlantis de Ullmann à Parme. Elle explore le répertoire de musique de chambre aux côtés de son mari et pianiste Jan Hugo, avec lequel elle se produit en Italie, en France et en Afrique du Sud.

Eloy Orzaiz Galarza a été membre de l’Orchestre baroque de l’Union Européenne (EUBO) qui l’a conduit à jouer des concerts dans plusieurs pays de l’Union. Il a été récompensé dans plusieurs concours tels que le Prix Fernando Remacha (Pampelune), le Concours National de Xátiva, le Concours International de Piano d’Ibiza et lauréat de la Fondation Royaumont. Il partage la scène avec des artistes de renom tels qu’Amandine Beyer, Maria Cristina Kiehr. Depuis 2014 il est professeur de clavecin et fortepiano à la Hochschule für Musik de Francfort et depuis 2018 du Conservatoire Pablo Sarasate de Pampelune. En 2022, son disque en duo avec Naaman Sluchin « Hommage à P. Casals » est publié sous le label « La mà de Guido ». En 2022, il vient d’être nommé professeur de clavecin et pianoforte, responsable du département de musique ancienne du CRR de Boulogne-Billancourt.

FRANCESCO ROMANO, luthiste et guitariste, exerce une intense activité de concertiste en tant que soliste et membre d’ensembles de chambre pour les principales institutions musicales et festivals d’Europe, d’Amérique et d’Asie, avec un répertoire allant de la musique de la Renaissance et baroque aux instruments philologiques jusqu’à à la musique contemporaine.
Il a collaboré avec les plus importants groupes européens de musique ancienne, avec des chefs d’orchestre et solistes tels que Sir John Eliot Gardiner, Giuliano Carmignola, Rinaldo Alessandrini, Christoph Coin mais aussi avec Ennio Morricone, Peter Maxwell Davies, Giuseppe Sinopoli, Mauricio Kagel, Roberto Fabbriciani pour la musique contemporaine, avec les premières mondiales de nombreuses œuvres littéraires de notre temps.
Depuis sa création, il est membre de « Gli Incogniti », dirigé par Amandine Beyer, avec qui il mène une intense activité de concert et d’enregistrement En 2015, il reçoit le Diapason d’Or de l’Année pour son enregistrement consacré à la musique de chambre de Luigi Boccherini interprété avec une guitare historique.
Il a enregistré pour Harmonia Mundi, Divox, Alpha, Arcana, Capriccio, Edel Klassik.
Francesco Romano exerce également des activités pédagogiques en tant que professeur de guitare et de luth au Conservatoire de Florence.

 

Informations complémentaires

Tarif

Plein Tarif, Tarif Réduit

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “18 mai 2024, 15:00 – 16:15 | Festival : Une guitare dans le salon d’Hortense”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *