Revue de Presse

The press speaks about it

Festival de Pentecôte 2024

La matinale de France-Musique, Lundi 20 mai, 8h15, Sofia Anastasio
A la rencontre de la reine compositrice Hortenselire la suite

Passionnantes découvertes à La Nouvelle Athènes : « La Reine Hortense, compositrice et mécène »

Le long et foisonnant week-end musical proposé par La Nouvelle Athènes s’inscrivait logiquement dans le travail de fond entrepris depuis la création, en 2018, de cette structure entièrement dédiée aux pianos romantiques et à la résurrection d’un pan entier de notre répertoire, sur instruments d’époque[1]. Cela permit d’entendre des partitions oubliées dans des conditions artistiques optimales, in situ puisqu’au cœur du domaine de Joséphine, la mère d’Hortense, et ce grâce au généreux partenariat du Musée national des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau.

La légende noire dit que la Révolution a abrasé le monde musical pour des décennies. Entre le Concert Spirituel and Berlioz, ce serait donc le néant d’une quarantaine d’années. Rien n’est plus faux : c’est faire fi de l’invention du Conservatoire comme de la permanence d’une création et d’une vie musicale encore trop peu défrichées. Sous l’Empire, la vie des salons battait à nouveau son plein et les sept concerts de ce Festival de Pentecôte le rappellent avec maestria.
…. lire la suite

La matinale du Monde, lundi 13 mai 2024, Marie Aude Roux,
Après la redécouverte du répertoire français autour de l’impératrice Joséphine, le deuxième Festival de Pentecôte du Domanine de la Malmaison a choisi de se consacrer à sa fille, la reine Hortense, épouse de Louis Bonaparte et mère de Napoléon III. Mécène des arts au cours d’une période marquée par la Révolution, les guerres napoléoniennes, puis un exil en Suisse, elle fut aussi la compositrice de plus de 500 romances, dont un florilège sera présenté, accompagné par des instruments d’époque. Pas moins de sept concerts révélant l’influence qu’elle exerça sur Schubert et des virtuoses comme Hummel et Carulli, assortis d’airs romantiques (Spontini, Gluck), de bel canto (Donizetti et Bellini), de pièces de Beethoven, Weber ou Liszt, interprétés par des artistes issus des plus grands centres européens de recherche sur le jeu romantique. Autour du festival, le Château de Malmaison accueillera trois concerts sur le piano carré Erard 1806 et exposera des albums de romances de la reine Hortense.

Télérama – Sortir – Mercredi 15 mai 2024
La semaine de Sébastien Porte
Vendredi : On tente Hortense
Se souvient-on qu’Hortense de Beauharnais, fille de Joséphine et mère de Napoléon III, était compositrice ? Elle signa des centaines de romances, dont furent friands les salons européens. Ce week-end, à l’orangerie du château de Bois-Préau (92 Rueil-Malmaison), dans le cadre d’un festival organisé avec le centre des pianos romantiques La Nouvelle Athènes, dix-sept artistes feront revivre sa musique sur des instruments qu’elle a connu. Dont un piano « carré » Erard 1806, témoin de l’esthétique du préromantisme français.

Magazine Classica.fr 4 avril 2024
Le Festival de Pentecôte se déroulera du 15 au 20 mai aux châteaux de Malmaison et Bois-Préau, anciens domaines de l’impératrice Joséphine. Ce sera l’occasion de réinterpréter le patrimoine musical romantique et de découvrir les compositions de la reine Hortense, fille de Joséphine et grande mécène des arts... Read more

Point de vue Image du Monde, 8 mai 2024
Reine et compositrice
Récemment rénovée et rouverte au public, l’Orangerie de Bois-Préau entreprend de faire revivre les riches heures msuciales du domaine de la Malmaison. Après l’impératrice Joséphine, c’est au tour de sa fille, Hortense de Beauharnais, d’être au centre de la 2e édition d’un festival organisé avec le concours du Centre La Nouvelle Athènes, spécialisé dans la redécouverte du premier romantisme français et ses instruments. Un pian ocarré Erard 1806 permettra notamment au public d’entendre les nombreuses romances composées par Hortense, qui, par son activité créatrice comme par son soutien aux artistes, une personnalité importante de son époque. Au programme, l’ensemble Le Lunaisiens et bien d’autres interprètes adeptes des isntruments historiques seront de la partie. P.S.

Magazine Diapason.fr 11 mai 2024
Neuf rendez-vous à ne pas manquer
Festival de Pentecôte : du 17 au 20 mai, Rueil-Malmaison, orangerie du château de Bois-Préau.
Deuxième édition d’un rendez-vous concocté par le musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, dans les Hauts-de-Seine, et La Nouvelle Athènes, centre des pianos romantiques. Après l’impératrice Joséphine, c’est sa fille, la reine Hortense, compositrice de romances, mécène des arts et grande voyageuse en Europe qui est à l’honneur, sur instruments d’époque. Sept concerts sont au programme, dont une « conspiration des chansons » avec le baryton Arnaud Marzorati et son ensemble Les Lunaisiens, avant une soirée parisiano-viennoise associant Gluck, Schubert et Beethoven sur des claviers Erard (1806) et Rosenberger (1825).
lire la suite

Fondation Napoléon (Mécène et partenaire scientifique)
Presentation
Interview de Sylvie Brély, directrice et fondatrice de La Nouvelle Athènes
Sylvie Brély, fondatrice et directrice de l’association La Nouvelle Athènes : « Offrir au public une redécouverte de sonorités correspondant aux goûts de chaque époque et de chaque esthétique » lire la suite

Une chronique de Peter Hicks : « Au commencement était la Romance… »
Dans son Dictionnaire de musique (1768), Jean-Jacques Rousseau consacre une entrée spéciale à la Romance, forme populaire de chanson avant tout « sentimentale ». Jetant ainsi les bases de « l’empire des sens » qui régnera à l’époque romantique, cette pièce ingénue, sincère, mais surtout simple, que ce soit pour la voix ou l’instrument qui l’accompagne, sera le « cœur battant » de la musique du XIXe siècle. Read more


Festival de Pentecôte 2023

Le Monde, 23 mai 2023 : Des pianos d’époque chez l’impératrice Joséphine,
La première édition du Festival de Pentecôte sur instruments historiques se tient à Rueil-Malmaison, Marie-Aude Roux
Lire L’article

Muzikzen, les 30 et 31 mai 2023, Franck Mallet

Hauts lieux de divertissement pour l’impératrice Joséphine et Napoléon Bonaparte sous le Premier empire, le Château de Malmaison, ainsi que celui de Bois-Préau, racheté sous le Second Empire par la famille Rodrigues-Enriques, retrouvaient une partie de leur lustre musical d’antan grâce aux efforts conjoints d’Elisabeth Claude, leur Conservatrice, associée à Sylvie Brély, Présidente de La Nouvelle Athènes – Centre des pianos romantiques, à l’occasion de la première édition du Festival de Pentecôte dédié à l’esthétique du premier romantisme français. Si l’Histoire a retenu avec raison la figure de Beethoven, il s’agissait de redécouvrir, et même plus simplement de s’ouvrir, à celles, oubliées, de Devienne, Hortense de Beauharnais, Duport, Hérold, Garat, Wély, Jadin, Dussek, Grétry ou Adam, frottées au chant italien de Paisiello et Spontini.

Lire les articles des journées 28 et 29 mai 2023
https://www.musikzen.fr/blog/1/sujet/chateaux-de-malmaison-et-de-bois-preau-belles-au-bois-dormant/1769

https://www.musikzen.fr/blog/concerts-amp-dependances/1

La Croix, 17 mai 2023 : A la Malmaison, musique dans la demeure de Joséphine, Emmanuelle Giuliani
Il semblait logique voire naturel, que la Malmaison servît d’écrin à la musique, tout spécialement celle du début du XIXe siècle.[…] Afin d’attiser la curiosité des spectateurs tout en leur offrant des repères rassurants, l’affiche associe le bien méconnu Charles Bochsa à Mozart ou Jan Ladislav Dussek à Beethoven….
Lire l’article

Singular’s, 15 mai 2023, Olivier Olgan
Depuis ses études de flutiste, Sylvie Brély s’est engagée corps et âme dans la pratique de la musique baroque et l’accompagnement des artistes. Son label discographique Zig-Zag Territoires, créé en 1997 les soutient dans leur geste d’interprétation, de recréation du texte musical et la diffusion de leur travail. Le développement des pianos romantiques correspond à une nouvelle révolution musicale qu’elle soutient depuis 2018 avec la création l’association La Nouvelle Athènes – Centre des pianos romantiques. Avec la 1ére édition du Festival de Pentecôte à Bois-Préau réalisé dans le cadre d’un partenariat culturel avec le Musée national des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau du 24 au 29 mai 2023 elle espère lancer une dynamique dont elle détaille la vocation pour Singular’s.
lire l’article

ParisDairy by Laure
It’s time to book tickets for the music festival at Château de la Malmaison, Joséphine de Beauharnais’ famous retreat in Rueil. It is featuring concerts organized by the association la Nouvelle Athènes on period instruments, including Joséphine’s harp and piano and Hortense’s piano forte. Started by Sylvie Brely and a group of passionate musicians, the association organizes concerts on 19 th century Erard pianos. It is also a rare occasion to visit the exhibition, “1769, Corsica at the birth of Napoléon” and to listen to the music which was played at the time in the mythical house.
Lire l’article

Cadences, mai 2023,Yuta Tep
L’association La Nouvelle Athènes effectue un travail remarquable sur les pianos historiques, révélant aux mélomanes un univers passionnant. […] Dans le cadre enchanteur de l’Orangerie du Château de Bois-Préau à Rueil-Malmaison, elle met en vedette un superbe paino carré Erard 1806 restauré par Christopher Clarke, dans la musique du Permier Empire. En clôture du Festival, notamment, la talentueuse Olga Pashchenko fera sonner ce joyau dans Dussek ou Beethoven
lire l’article

Pianiste, Mai 2023 : Festival de Pentecôte à Rueil-Malmaison, Elsa Fottorino
Le tout nouveau Festival de Pentecôte fait briller une nouvelle star : un piano carré Erard 1806, fraîchement restauré par le facteur d’instrument et maître d’art Christopher Clarke. […] Autour de cette pépite de facture française, l’association La Nouvelle Athènes réunit dans l’Orangerie du Musée des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau 25 artistes européens.[…] Une édition qui fera revivre les salons de l’impératrice Joséphine, pour écrire un nouveau chapitre de l’histoire.

Classica, 28 avril 2023 : Concerts chez l’impératrice Joséphine, Philippe Venturini
Les châteaux de Malmaison et de Bois-Préau, près de Paris, invitent à écouter le premier romantisme français dans des lieux et avec des instruments d’époque. Une expérience rare.
« Ce sont deux démarches qui se rencontrent et partagent les mêmes objectifs », résume Elisabeth Caude qui a toujours essayé de restituer l’art de vivre de l’époque de Joséphine. […] Faire se rencontrer la musique, les instruments et les lieux d’une même époque garantit une expérience sensorielle unique que peu de manifestations peuvent proposer. Mener les mélomanes vers des lieux d’histoire, les passionnés d’histoire vers la musique, intéresser les curieux en tout genre correspond assurément à cette « volonté de rendre attractive la culture pour toutes les générations » développée par les deux partenaires. Philippe Venturini
Lire l’article

Webtheatre.fr, 21 avril 2023, Pianos et châteaux, Christian Wasselin
À la faveur d’une série de concerts et d’un festival de Pentecôte, La Nouvelle Athènes fait résonner ses pianos historiques dans deux châteaux qui ont marqué l’aventure napoléonienne.
Lire l’article

Le Figaro, 11 avril 2023 : Musique à la Malmaison: le retour de l’esprit de Joséphine

L’impératrice et ses enfants étaient de fervents mélomanes et des musiciens chevronnés. Une tradition avec laquelle l’ancienne résidence, devenue musée-château, rêve de renouer.
Quelques 23 volumes de partitions conservés à Malmaison attestent partiellement de l’activité musicale des lieux. Une quinzaine porte la reliure du domaine avec le chiffre de l’impératrice. «Les grands airs de Spontini, Méhul ou Jadin y côtoient les maîtres de la harpe de l’époque», détaille Élisabeth Caude. C’est pour faire revivre ce répertoire, qui reste en grande partie à redécouvrir, et redonner voix à Malmaison, qu’elle a décidé de lancer une saison de concerts sur instruments de l’époque de Joséphine.
Commencée le mois dernier en partenariat avec l’association La Nouvelle Athènes – qui dispose d’un piano carré Érard 1806 proche de celui de la Reine Hortense et magnifiquement restauré, celle-ci culminera à la Pentecôte, sous la forme d’un festival de sept concerts qui réuniront la fine fleur de l’interprétation sur instruments romantiques : d’Olga Pashchenko à Arnaud Marzorati….
La suite sur Le Figaro.fr

2022

Diapason Mag : Dans le salon de l’hôtel d’Augny, La Nouvelle Athènes fait sonner le piano romantique
Par Anne Ibos-Augé – Publié le 24 mai 2022 à 11:50

Trois pianistes pour un piano : Luca Montebugnoli, Benjamin d’Anfray et Edoardo Torbianelli jouent Schubert, Hummel, Weber et Czerny sur un piano Rosenberger de 1820. Six mains et une pensée esthétique d’exception rendent son histoire et sa couleur à un programme « viennois ».

Fabriqué vers 1820 par Michael Rosenberger, ce piano est doté, à l’instar de la plupart de ses contemporains, de six pédales, dont deux particulièrement colorées : une pédale « basson » abaissant une bande de papier au-dessus des cordes et une pédale « janissaire » actionnant selon l’appui donné diverses percussions, effet « Marche turque » assuré.

Le programme, habilement construit, fait dialoguer Schubert avec Hummel, Weber et Czerny, à deux, quatre et même six mains, entre sonate et pièces de genre.

[…]

Investir un tel instrument requiert à la fois savoir-faire et modestie : il faut répondre à ses propositions, se faire humble devant ses exigences, manier ses contraintes – pas de double échappement qui faciliterait les répétitions rapides, par exemple. Tout cela, les trois pianistes le savent parfaitement et, à plusieurs mains, le jeu reste le même : respect de la musique et belle complicité. « Primo » et « secondo » s’échangent avec bonheur, jusqu’à un vrai-faux trio dans la Fantaisie D 940 en fa mineur où les interprètes profitent des longs silences suspensifs si chers à Schubert pour s’échanger les rôles, le « maître du thème » de l’Allegro molto moderato initial revenant pour sa reprise. La conduite du discours est optimale, les lignes internes s’entendent délicatement, jusque dans certains passages diaboliques pour les musiciens qui croisent leurs mains sans cesse.

Read more

Classica Avril 2021 Fabienne Bouvet – Disque Chopin-Franchomme E.Torbianelli & F.Caida-Greco

« Loin des versions lyriques données sur instruments modernes, l’esprit de salon domine ici… […] sa façon de privilégier non pas la mélodie mais l’harmonie, soulignant toute l’inventivité du compositeur – Nocturne op.48 n°2 de Chopin funambule et délicat, Nocturne op.14 n°2 de Franchomme, d’une sensibilité à pleurer. Que dire, enfin, de ce merveilleux rubato dont le pianiste irrigue sans cesse son discours, sophistiqué mais naturel ? A-t-on déjà entendu pareille scansion chez Chopin ? » Order on our website

Diapason Avril 2021 – Bertrand Boissard Pour la gloire du piano romantique

L’association La Nouvelle Athènes entend favoriser la connaissance des claviers du XIXe siècle, sous les aspects les plus divers : facture, histoire, modes de jeu, interprétation…

[…] les modes d’interprétation sur instruments anciens nécessitent cependant plus qu’une simple adaptation : ils impliquent, pour des raisons purement mécanique (comme l’absence du double échappement) , mais aussi esthétiques, d’autres habitudes, un autre état d’esprit. C’est sur ce constat que Sylvie Brély, fondatrice des disques Zig-Zag Territoires et ancienne directrice du département claviers de la fondation Royaumont, a fondé La Nouvelle Athènes. […]Dans ce dialogue entre musiciens, collectionneurs, maîtres d’art, restaurateurs et mélomanes, La Nouvelle Athènes s’affirme aujourd’hui comme un acteur majeur de l’engouement pour les pianos anciens. Par ce retour aux sources, c’est un peu du Paris de Chopin, Sand et Delacroix qui renaît.

Octobre 2020 – France Musique – Musique connectée, Suzanne Gervais

La Nouvelle Athènes a beau bichonner des pianos anciens, elle vient de lancer sa plateforme de streaming vidéo. Les premiers rendez-vous sont tous consacrés à la musique pour piano de Beethoven.
Egalement, et c’est plus qu’incertain au vu du contexte sanitaire, un festival, un vrai, organisé par le Centre des Pianos Romantiques, doit avoir lieu à Paris, salle Colonne, les 8 et 9 novembre.
Plusieurs rendez-vous sont en tout cas d’ores et déjà en ligne : des masterclasses, des playlists, des vidéos musicologiques, tout public, pour découvrir ou approfondir ses connaissances du jeu musical romantique et plonger dans l’histoire passionnante des pianos du début du XIXe siècle, période foisonnante, tous azimuts, période troublée, intense s’il en fut.

C’est une offre de streaming payante mais c’est un petit investissement qui séduira peut-être les mélomanes les plus passionnés et les pianistes qui souhaitent se spécialiser dans ce répertoire et se frotter au jeu historiquement informé.

Listen again emission : https://www.francemusique.fr/emissions/musique-connectee/une-plateforme-de-streaming-dediee-aux-pianos-romantiques-88190

Juin 2020 – Musikzen, Franck Mallet

« On passe ainsi d’un élégant Nocturne sentimental de Czerny à un arrangement par Liszt du célèbre lied Auf dem Wasser de Schubert, jusqu’à Funérailles, septième pièce des Harmonies poétiques et religieuses de Liszt, une marche non moins fameuse conçue comme un poème symphonique, interprétée brillamment par Olga Pashchenko. Si le Chopin des deux Valses op. 69, de la Fantaisie-Impromptu op. 66 et du Prélude op. 28 n° 8 nous est familier, en revanche Edoardo Torbianelli redonne vie à ce rare Thème favori de La Norma de Bellini du Franco-allemand Kalkbrenner (1785-1849) – coqueluche des salons qui impressionna le jeune Chopin. » Franck Mallet

 

Mai 2020 – Diapason, Jérôme Bastianelli

Une critique soulignant  « l’élégance et l’ambiance des salons romantiques favorables aux expérimentations : Olga Pashchenko pousse « le vieil Erard 1838 dans ses retranchements dans les Funerailles de Liszt », Edoardo Torbianelli se livre à « d’originales mais convaincantes oppositions dynamiques dans la Fantaisie-Impromptu de Chopin », Laura Granero »met en lumière quelques contre-points fugaces », l’ensemble Lélio (Benjamin d’Anfray , Lucie Arnal, Roberta Cristini,Jeanne Mendoche) présentent « un dialogue aussi savoureux qu’inattendu de la soprano et de la clarinette » de l’air du Freischutz… » Jérôme Bastianelli

 

Janvier 2020 – Le Figaro, Christian Merlin

«  Des concerts hors des sentiers battus » Faisant preuve d’imagination et de créativité, les producteurs privés proposent d’incroyables projets.

« … Voici La Nouvelle Athènes, fondée par Sylvie Brély, ancienne directrice de maison de disques qui se passionne pour les pianos d’époque : le week-end d’inauguration du fascinant piano carré Erard de 1806 acquis par son association, du 7 au 9 février (Salle Cortot et Reid Hall), sera le prélude à une série de concerts qui vont enrichir notre connaissance du clavier romantique »

 

Décembre 2019 – Toute La Culture, Gilles Charlassier

« Plus que jamais, La Nouvelle Athènes s’affirme comme un creuset de redécouvertes et de partage. »

Décembre 2019 – Toute La Culture, Gilles Charlassier

« Joyau de l’Ecole Normale de Musique, fondée par un des plus grands pianistes et pédagogues français de la première moitié du vingtième siècle, qui lui a d’ailleurs légué son nom, la salle Cortot et son acoustique intimiste, appréciée comme l’une des meilleures pour le répertoire de chambre, accueille en cette veille de fêtes de fin d’année une série de trois concerts de la Nouvelle Athènes – Centre des pianos romantiques, association initiée par Sylvie Brély qui fait revivre, sur instruments d’époque, les premières décennies du piano, et la richesse des expérimentations techniques oubliées par les standards que les grandes salles d’aujourd’hui imposent généralement. Si ce travail de quête d’authenticité est entré dans les mœurs musicales pour le répertoire baroque, il reste encore passablement réservé à la muséographie et à l’enregistrement pour le piano romantique. C’est l’un des enjeux de ce creuset d’artistes, musicologues, luthiers et restaurateurs, que de redonner corps, au concert, à ces couleurs et expressivités au diapason de ce que les compositeurs ont pu eux-mêmes entendre et imaginer – le premier disque enfanté par La Nouvelle Athènes, juste sorti, édité par Son an ero et qui ressuscite une soirée d’un salon romantique parisien sur un Erard de 1838, a d’ailleurs été gravé en public au Petit Palais en juin dernier. »

Septembre 2019 – Classicagenda, Julien Bordas

Lundi 23 septembre, une discrète cour intérieure du XXème arrondissement connaît une effervescence autour du piano. Plus exactement le piano romantique. L’association “La Nouvelle Athènes – Centre des pianos romantiques” s’est installée dans les locaux de l’Arcal (Compagnie nationale de théâtre lyrique et musical) pour quelques heures afin d’évoquer les pianofortes XVIIIème. Les participants sont des claviéristes reconnus : on y croise Martin Gester, Aurélien Delage, Aline Zylberajch, Philippe Grisvard, ou encore Jean-Luc Ho. Facteurs et musiciens complètent l’assistance.

Objectif de l’association ? Permettre une relecture du répertoire romantique sur les pianos d’époque, favoriser l’accès aux pianistes à des instruments datant de 1750 à 1850, et partager les connaissances en la matière avec le public et entre ses membres. Ces derniers sont constitués de clavecinistes, pianistes, collectionneurs, restaurateurs, musicologues, et mélomanes.

…. A l’instar d’un orgue, les possibilités de timbres du pianoforte semblent infinies ! Les prochaines rencontres de La Nouvelle Athènes promettent d’être captivantes.

 

Diapason Février 2019 – Dossier pianos anciens, Alain Lompech

Sa majesté Steinway est-elle en passe d’être détrônée ? De plus en plus de musiciens, collectionneurs ou organisateurs de concerts s’intéressent aux pianos de l’époque romantique et à leurs sonorités singulières. Trois jours de festival, à Paris, témoignent ces jours-ci de cette quête des origines.

A l’été 2018, le Concours Chopin de Varsovie, le plus prestigieux de tous, se doublait pour la première fois d’une compétition sur pianos anciens appelée à se perpétuer. Pouvait-on imaginer plus éclatant moyen de défendre la cause de ce retour aux sources, dont témoignent aussi les rencontres organisées par la Fondation Royaumont en ses terres du Val d’Oise, comme dans des lieux plus parisiens.

Festival La Nouvelle Athènes. Paris, salle Cortot, les 2 et 3 février, Maison Heinrich Heine, le 4 février.

Contact Presse

Anne Gueudré, attachée de presse Festival de Pentecôte
anne.gueudre@gmail.com

06 60 51 03 82

Sylvie Brély, directrice
Sylvie.brely@gmail.com
06 70 20 67 34

Télécharger Dossier Presse 2024